Et la monnaie dans tout ça ?

Date published: 10 October 2014

Le 15 septembre 2008, il y a six ans, Lehman Brothers s’est effondrée. Depuis, malgré un tsunami de réformes, le système financier n’a pas été transformé. Pour changer la finance, peut-être faut-il modifier notre compréhension fondamentale du système financier. Ce retour aux fondamentaux a conduit les réformateurs ainsi que les banquiers centraux à se focaliser sur la monnaie elle-même. De façon intéressante, ces nouvelles pensées s’accompagnent de nouvelles méthodes de production et de diffusion de la connaissance, et de nouveaux moyens pour faire entrer ces idées dans l’agenda politique. Ce mois-ci, ce blog vous présente les acteurs les plus dynamiques, entreprenants et rafraichissants du paysage progressiste en finance et leur dernier grand succès : une reconnaissance importante de leurs idées par la Banque d’Angleterre.

Par Fabien Hassan, contributeur invité

Depuis sa création en 2012, Finance Watch a canalisé ses efforts pour tenter d’avoir un impact sur l’agenda législatif de l’UE, et a obtenu des résultats remarquables (voir le rapport annuel 2013). Comme d’autres défenseurs d’une réforme de la finance européenne, Finance Watch estime que les troubles financiers des années 2000 résultent d’une politique de régulation menée délibérément en Europe et aux USA depuis les années 1970, et accélérée dans les années 1990. Le travail a donc été centré sur la vague de législation issue de la crise, pour essayer étape par étape de resserrer et d’améliorer les nouvelles réglementations financières.

Mais qu’en-est-il des réformes qui n’ont pas réussi à se faire une place dans l’ordre du jour législatif ? Un groupe d’économistes et de citoyens éclairés à travers le monde croit que le système monétaire actuel est fondamentalement déficient, et que des réformes bien plus profondes que celles qui figurent sur l’agenda « officiel » s’imposent. Leurs opinions sur l’utilité de mesures telles que l’augmentation des exigences de fonds propres divergent, et certains estiment qu’une remise à plat complète du système monétaire est inévitable pour mettre un terme aux excès de la finance moderne. Au cours des deux dernières années, ces débats ont commencé à toucher des dirigeants de banques, des économistes et le grand public grâce à internet. Ce blog examine donc un sujet dont un nombre croissant de personnes pense qu’il devrait être ajouté à l’agenda « officiel » : la réforme du système monétaire.

Le rôle de la monnaie en macroéconomie

L’économie mainstream, une science qui traite des prix, de la richesse et de la production, affirme en substance que la monnaie n’a pas d’importance. Ce qui ressemble à un paradoxe est en réalité un immense progrès scientifique par rapport aux théories dominantes entre le 16ème et le 18ème siècle, le mercantilisme. Les mercantilistes ont eu tendance à assimiler la monnaie à la richesse et conseillaient donc aux souverains d’accumuler de la monnaie. Cela a mené à des politiques qui visaient systématiquement à dégager un excédent commercial, même aux dépens de la croissance.

En réaction, les fondateurs de la science économique moderne (François Quesnay, Adam Smith, Jean-Baptiste Say, David Ricardo, John Stuart Mill) ont développé la théorie de la monnaie comme un voile devant être levé. Pour eux, une économie est un système d’échanges de valeurs, et la monnaie est seulement le moyen permettant ces échanges. En théorie, le troc est donc suffisant, et l’argent permet uniquement de palier l’impossibilité pratique de mener des milliards de transactions en nature.

Dans les années 1970, les opposants au keynésianisme se sont appuyés sur cette conception pour développer la « théorie quantitative de la monnaie ». Pour simplifier, selon cette théorie, toute politique qui repose sur une expansion de la masse monétaire est inefficace à long terme : mathématiquement, si vous créez deux fois plus de monnaie, les prix et les salaires vont doubler, et à la fin vous ne serez pas plus riche qu’au départ. Vous pourriez même être plus pauvre, à cause des effets déstabilisants de l’inflation. Les monétaristes portent donc une attention toute particulière au contrôle de l’inflation et analysent minutieusement les décisions des banques centrales quant aux taux directeurs.

La distinction de la monnaie et de la richesse a été une étape majeure pour la science économique. Elle a révélé la réalité des échanges qui se produisent sur un marché. Le problème, c’est que cette distinction a conduit les économistes, y compris au sein des banques centrales, à développer des modèles qui ignorent la monnaie et négligent ses effets sur l’économie (pour une analyse de ce problème, voir par exemple cet article du Chef économiste du FMI, Olivier Blanchard, en 2010). La crise financière, avec l’explosion de l’endettement et le resserrement du crédit, a rappelé l’importance de la monnaie. Même si l’on croit en l’idée qu’à long terme, les variations dans la quantité de monnaie seront absorbées par des ajustements de prix, les effets immédiats de comment et par où la monnaie entre dans l’économie sont bien réels.

Qui sont les partisans d’une réforme monétaire ?

La réforme monétaire est un thème fascinant parce qu’il touche aux relations internationales, à des chiffres qui commencent par « billiard », et fait entrevoir la possibilité de façonner le monde grâce à des réformes simples. Il remet en question la pensée économique dominante, ce qui rend plus difficile l’accès aux revues économiques considérées comme sérieuses.

Dans le passé, toutes sortes de gens ont soutenu des réformes monétaires : des conspirationnistes, des fétichistes de la monnaie-or, et des universitaires respectés. Certains, dont Steve Forbes, figure du parti Républicain américain et rédacteur-en-chef du magazine Forbes, prônent un retour à l’étalon-or. Comme Lewis Lehrman, qui a coécrit un livre avec le leader républicain Ron Paul dans les années 1980, ils affirment que la monnaie ne doit pas être déconnectée des biens réels, matériels. Mais ils ont en général du mal à expliquer pourquoi l’or est un standard universel pertinent, malgré de fortes variations de l’offre et du prix qui, historiquement, se sont avérées destructrices pour les systèmes monétaires.

D’autres groupes se sont concentrés sur le système monétaire international conçu par le plus grand économiste du 20ème siècle, John Maynard Keynes, après la seconde guerre mondiale. La construction du schéma de Bretton-Woods fût une tâche tellement épuisante qu’elle finit par lui coûter la vie. Mais Keynes n’a pas réussi à convaincre les Etats-Unis de mettre en place son programme, et une partie de ses idées est donc restée lettre morte. Il voulait par exemple construire une forme de devise internationale qui serait indépendante des Etats et a fortiori de la politique. Cela a donné naissance aux DTS (Droits de Tirage Spéciaux) du FMI, construits sur un panier des principales devises, mais leur usage ne s’est pas répandu dans le reste de l’économie.

Ces groupes existent depuis un certain temps. Mais une nouvelle vague de réformateurs émerge. La crise financière les a persuadés que notre système monétaire présente de graves déficiences. Toutefois, au lieu d’étudier les taux de changes et les équilibres macroéconomiques, ils se concentrent sur la façon dont la monnaie est créée et parviennent à la conclusion suivante : si la finance est hors de contrôle, c’est parce que la monnaie est hors de contrôle. Plus précisément, l’Etat a perdu le contrôle de la création monétaire, désormais déléguée au « marché », c'est-à-dire aux banques.

De nouveaux plans et des méthodes innovantes pour une réforme monétaire

L’affirmation centrale est que les banques ont le pouvoir de créer de l’argent à partir de rien. Ce postulat a été proposé il y a longtemps et peut être retrouvé chez les grands économistes classiques du 19ème siècle. Mais si l’on sort d’un petit cercle d’économistes, de banquiers et de banquiers centraux, la plupart des gens pensent toujours que les banques agissent en tant qu’intermédiaires ; elles collectent les dépôts et allouent ce capital en accordant des prêts pour les usages les plus efficaces. Un sondage récent a montré que 71% des députés britanniques croient que seul l’Etat a le pouvoir de créer de la monnaie. En réalité, ceci n’est vrai que pour les pièces et les billets, qui ne représentent que 3% de l’ensemble de la masse monétaire.

Money-Supply-Chart-newsletter

Les 97% restants sont de la monnaie électronique. Les réformateurs soulignent que cette monnaie électronique est en fait créée par les banques quand elles octroient un prêt et détruite lorsque le prêt est remboursé : les banques n’ont pas l’argent en réserve lorsqu’elles accordent un prêt, celui-ci est créé par le simple fait d’inscrire dans un ordinateur qu’il y a tel montant sur un compte. L’offre de monnaie dans l’économie est donc, pour l’essentiel, identique à l’offre de crédit dans l’économie.

Dans un brillant article de 12 pages intitulé « La création monétaire dans l’économie moderne », qui devrait être au programme de tous les étudiants en économie, trois membres du Directoire d’Analyse Monétaire de la Banque d’Angleterre expliquent en termes limpides que « dans l’économie moderne, la majorité de la monnaie est créée par les banques commerciales lorsqu’elles accordent des prêts ». Symétriquement, les clients détruisent de la monnaie en remboursant ces crédits. Les banques commerciales peuvent aussi créer de la monnaie en achetant de la dette publique ou d’autres actifs et en émettant des prêts de long terme ou des titres de capital.

L’élément important est que : « par rapport à certains erreurs très répandues, la création monétaire fonctionne en pratique différemment – les banques n’agissent pas en tant qu’intermédiaires, en prêtant les dépôts placés auprès d’elles par les épargnants, et elles ne "multiplient" pas non plus la monnaie de réserve émise par la banque centrale pour créer de nouveaux prêts et de nouveaux dépôts ». La quantité de monnaie n’est pas déterminée par la quantité de réserves créée par la banque centrale. Cela peut sembler banal, mais cela revient à dire que la théorie enseignée en cours d’économie à l’ensemble des étudiants et des futurs décideurs à travers le monde est complètement fausse et trompeuse.

Mais alors, pourquoi les banques ne créent-elles pas de l’argent infiniment ? D’après la Banque d’Angleterre, il y a trois facteurs qui limitent la quantité qu’une banque peut prêter : des mécanismes de marché auxquels se heurte chaque banque individuellement, des contraintes liées à la demande des entreprises et des ménages, et la politique monétaire « contrainte ultime sur la création monétaire ».

Les réformateurs s’interrogent : est-ce le meilleur moyen pour une société d’organiser l’offre monétaire ? Ils ont le sentiment que les universités ne s’intéressent pas au sujet et que les chercheurs ne sont pas encouragés à publier sur cette question. Pour contourner l’obstacle et organiser la production d’idées de façon plus horizontale, il a fallu recourir à une nouvelle méthode. Un site interactif, neweconomicperspectives.org, recueille les commentaires des lecteurs pour faire en sorte que toutes les objections soient prévues : « Chaque lundi, nous posterons un papier relativement court, construisant ainsi graduellement une théorie exhaustive de la façon dont la monnaie "marche" dans les états souverains. Nous recueillerons ensuite les commentaires le mercredi soir, et posterons une réponse aux commentaires le jeudi ». Cela a donné un livre de L. Randall Wray, intitulé La Théorie Moderne de la Monnaie (Palgrave Macmillan, 2012).

L’impact des révélations de la Banque d’Angleterre

Les « révélations » de la Banque d’Angleterre (BoE) n’impliquent pas que la création monétaire est hors de contrôle. Mais elles permettent de déplacer le débat vers l’étape suivante : les instruments tels que les taux d’intérêt et les exigences de fonds propres sont-ils réellement efficaces pour réglementer la façon dont les banques privées créent et répartissent la monnaie ? La BoE explique en gros qu’elle dispose de puissants moyens de contrôle et utilise les taux d’intérêts et des instruments macroprudentiels comme les limites aux prêts immobiliers pour influencer l’offre de crédit. Les banques centrales ont aussi commencé à expérimenter les « mesures d'assouplissement du crédit » (programme FLS de la BoE, annonces de la BCE sur le refinancement à plus long terme et les achats fermes de titres adossés à des actifs) qui consistent à apporter aux banques de la liquidité pour les aider à prêter plus aux entreprises de l’économie réelle. Les partisans d’une réforme monétaire se demandent si cela suffira.

Autre trait remarquable : les acteurs de ce champ ne sont pas tous universitaires. Bien sûr, il y a des publications, comme l’article de la BoE cité ci-dessus, ou un papier de 2012 de deux économistes du FMI, “Le plan de Chicago revisité”. Cependant, des activistes du monde entier tentent maintenant de mobiliser les opinions publiques pour qu’elles fassent pression sur les dirigeants politiques. Ils se sont regroupés dans une organisation commune, appelée International Money Reform avec des branches dans plusieurs pays.

Un des mouvements nationaux les plus efficaces est “Monnaie Pleine”, en Suisse. Ils ont lancé une initiative populaire sur la monnaie et tentent activement de collecter des signatures. Ils ont besoin de 100 000 signataires pour déclencher une votation.

En Angleterre, le groupe Positive Money a aussi obtenu des succès. En 2013, Andrew Jackson et Ben Dyson ont publié un livre intitulé « Moderniser la monnaie : Pourquoi notre système monétaire est cassé et comment le réparer ? », qui est utilisé comme référence par d’autres membres du réseau, et par des professeurs d’économie dans les écoles et universités les plus avant-gardistes au Royaume-Uni.

En Allemagne, Klaus Karwat, propriétaire d’une charmante galerie d’art à Berlin, préside Monetative. Il est convaincu que le moment est venu pour des réformes monétaires : « Quand nous parlons avec des hommes politiques, ils nous répondent toujours : "Vos idées sont intéressantes mais elles ne sont pas à l’ordre du jour, nous voulons nous concentrer sur des réformes réalisables". Alors maintenant, nous devons faire du lobbying pour que les décideurs et les citoyens fassent entrer les problèmes monétaires dans le débat politique » (interview à Berlin).

Pour Ann Pettifor, une économiste qui défend sa propre vision de la réforme monétaire, il s’agit d’un combat essentiellement politique, parce que la monnaie a un impact crucial sur la distribution des revenus : « Tant que nous ignorerons comment les systèmes monétaires fonctionnent, le bien public qu’est la monnaie sera capturé pour servir les intérêts d’une minuscule et vénale minorité qui possède la richesse privée ». Elle croit également que les méthodes basées sur les nouvelles technologies permettent de s’adresser à un public plus large. En 2014, elle a publié un court livre numérique, disponible pour moins de 4 euros, « destiné avant tout aux étudiants – tout particulièrement aux étudiantes et aux militants écologistes » (interview sur social-europe.eu).

Le prochain article de ce blog proposera une synthèse des idées des partisans d’une réforme monétaire. Les lecteurs qui s’intéressent aux réformes financières devraient suivre ces questions, ne serait-ce que pour les perspectives rafraichissantes qu’elles apportent. La réforme de la finance ne doit pas être réduite à des standards comptables et à des exigences de fonds propres. Le crédit est au cœur de l’économie et repenser le crédit n’est rien d’autre que repenser le capitalisme.

 

Image © Positive Money

 

Comments  

#6 Ben 25 September 2015
Merci pour cette article.

La monnaie dette à pour corrolère majeur de nous endetter et donc de nous assujestir, nous utilisateur de la monnaie, à une recherche de profit à tous prix.

Par ailleurs, la mécanique de création monétaire par le crédit bancaire (qui n'est pas un prêt du fait que la monnaie est créée à partir de rien) oblige à une croissance structurelle systèmique.

Celle-ci favorise une concurrence sans limite entre les hommes, la marchandisation et la monétisation de tout, la nécéssité d'expenssion de la zone économique monétaire (favorisant donc les conflits).

Permettre à des agents bancaires de créer la monnaie c'est leur octroyer le pouvoir de détérminer ce qui est valeur économique ou non. Et ainsi, leur confier le dessein de nos sociétés.

En France, il y a le mouvement théorie relative de la monnaie qui propose une co création monétaire par dividende universel. www.creationmonetaire.info
#5 Alain 4 November 2014
Bonjour,
J'ai découvert que des échanges ont toujours été réalisés et qu'ils ont mis en oeuvre diverses formes de supports symboliques ou bien ayant un caractère d'usage universel. Les archéologues constatent que des échanges de silex ont eu lieu, à priori sans raison technique. Ils ont constaté en Auvergne la présence de silex provenant, de la vallée de la Loire (région d'Orléans) et de la Garonne. Ils pensent que cela est sans doute lié à un système d'échange entre ces groupes humains utilisant une ressource" universelle pour échnager d'autre "chose". De même des haches polies en jadéite provenant du mont Viso en Italie ont été retrouvées à travers toute l'Europe lointaine (Ecosse, Espagne, Finlande...). Sans parler de l'usage du grain/céréale dans l'antiquité la plus ancienne comme support universel des échanges. L'usage des cauries à partir du 11° siècle, environ, est avéré depuis Dakar jusqu'à Canton (Panyu puis Guangzhou).
#4 Jean-Baptiste Bersac 14 October 2014
Bonjour,

Vous avez mentionné Un site interactif, neweconomicperspectives.org
Je suis membre de leur courant depuis quelques années déjà et ai publié le premier livre néochartaliste en français qui traite en profondeur de quasiment tous les points abordés dans votre billet. Voici la page de l'éditeur, avec PDF gratuit : http://www.inlibroveritas.net/oeuvres/29385/devises--l-irresistible-emergence-de-la-monnaie

J'ai essayé de rendre la lecture aussi agréable que possible, même à un « militant de base », mais j'ai conservé la rigueur universitaire, notamment au niveau des sources. Il faut donc s'armer d'un peut de patience et de bonne volonté.

Le courant défendu, le néochartalisme, est à mon avis de loin la meilleure pensée monétaire, parce qu'elle s'attache à retrouver avant tout dans les fonctionnements concrets et effectifs de nos systèmes monétaires historiques les clés pour une meilleure évolution. Pas d'utopie.

Cordialement,
#3 Fabien Hassan 14 October 2014
@Stéphane Couvreur

Merci pour votre commentaire et votre lecture.

- Effectivement, vous avez raison, la théorie quantitative de la monnaie est aussi ancienne que la science économique. C'est le monétarisme qui date des années 1970, du moins dans sa version la plus célèbre (celle de Friedman et Schwartz).

- Sur l'or, je pensais plutôt aux variations de l'or ayant déstabilisé les systèmes monétaires au 19ème siècle, mais le débat est en effet ouvert.

- Pour le prochain article, merci pour vos suggestions. Le sujet est immense, et il sera difficile de traiter tous les aspects, mais n'hésitez pas à indiquer en commentaire les références qui vous semblent manquer !
#2 Stéphane Couvreur 14 October 2014
Bonne initiative mais cet article ne me semble pas encore au niveau des papiers de Finance Watch sur la finance. Cf. par exemple :
- le passage qui situe la théorie quantitative dans les années 1970,
- le commentaire "de fortes variations de l’offre et du prix [de l'or] qui, historiquement, se sont avérées destructrices pour les systèmes monétaires" (ce n'est pas parce que l'offre d'or variait (sic !) que Bretton Woods s'est effondré mais parce qu'il s'est effondré que l'or s'est envolé, cf. Rueff Le péché monétaire),
- ou "la théorie enseignée en cours d'économie à l'ensemble des étudiants est complètement fausse et trompeuse".

Justement, il faudrait un peu de théorie, sans quoi la comparaison des réformes proposées serait vaine. J'espère que vous parlerez de la loi de Gresham (cf. Selgin, Mundell) et ses illustrations historiques, de l'effet Cantillon, des écoles de la monnaie et de la banque, et de la théorie monétaire des cycles économiques.
#1 Christophe D 13 October 2014
Bonjour,
Bravo pour ce texte : enfin, Finance Watch s'intéresse à la monnaie...
Il aura fallu attendre que la Banque d'Angleterre le confirme pour que quelques économistes commencent seulement à comprendre comment celle-ci est créée dans l'économie ; ou comment une discipline se voulant "science" ne sait même pas définir son objet !
Il est urgent de comprendre que la monnaie d'endettement peut et doit être remplacée par de la monnaie permanente. Quelques lectures sur le sujet :
- Fiche "Monnaie permanente, monnaie d’endettement"
http://www.chomage-et-monnaie.org/2005/01/06/monnaie-permanente-monnaie-dendettement/
- Bases du néo-chartalisme
http://frappermonnaie.wordpress.com/les-bases/
- Théorie Relative de la Monnaie
http://www.creationmonetaire.info/2012/11/theorie-relative-de-la-monnaie-2-718.html

Bonne lecture

Add comment